Les arbres et jardins du Maghreb.  Balade au jardin marocain de la Chapelle-des-Fougeretz

Jeudi 6 juin 2024 à 14h (12h30 repas tiré du sac dans le parc de la Chapelle-des-Fougeretz)

 

De l’Afrique du nord à Rennes, des arbres nous apportent leurs fruits, leur ombre, leurs noms. Sources de spiritualité et armes contre les catastrophes climatiques, les essences et les bois étayent les cultures du Maghreb et l’histoire franco maghrébine ; leurs fruits alimentent nos gastronomie … et la langue française ; leurs palmes et leurs rameaux célèbrent notre diversité.

Assemblés dans des jardins tels celui de la Chapelle-des-Fougeretz comme dans ceux du Maroc et d’Algérie, ils abritent nos échanges interculturels et la découverte de l’Histoire de l’Autre.

 

Fauves du Maghreb, nature et cultures

De grands carnivores parcourent le Maghreb Ils peuplent aussi les cultures de ces pays. Du lion au chacal, de la panthère au fennec, les fauves sont omniprésents dans les chansons, les toponymes, les proverbes, tant en arabe qu’en berbère, et dans l’histoire franco-maghrébine

Plan :  « fauves » ? acceptions, équivalents en arabe et amazigh

Les différentes espèces de féliformes et de caniformes du Maghreb, l’état des populations en 2022,

Les fauves dans les noms de lieux, de personnes, dans l’histoire du Maghreb et de ses relations avec la France, dans la peinture, la littérature, la BD,  le chant

Visionnez :Indépendantistes algérien.ne.s dans les prisons d’Ille-et-Vilaine, 1954-1962 

 

Visionnez la  conférence diaporama sur 

 http://vimeo.com/915109373 

Des centres pénitentiaires d’Algérie aux prisons bretonnes, de nombreux militants algériens, FLN, communistes, MNA, libéraux ont été emprisonnés ou internés en France, en particulier à Rennes où ils ont rejoint des immigrés arrêtés en France ; certains furent condamnés à mort, d’autres se sont évadé. Plusieurs sont devenus des personnalités de la vie politique algérienne et de l’histoire de nos deux pays. Cette histoire et les mémoires longues, dans nos deux pays, de prisonniers sur « l’autre rive », font partie de notre patrimoine commun  

 Des familles d'anciennes détenues ont participé à la rencontre.

suivie à 20h30 du film " Moudhahidate" d'Alexandra Dols, en sa présence

Parc de Saint Cyr, Rennes

Le 26 mars 2024 nous étions 15 à échanger sur ce jardin « intra-muros », sur ce que nous en savons et pratiquons … et sur ce à quoi il nous renvoie à travers la Méditerranée dont saint Cyr était riverain !

 

 

 

 

Les arbres du Maghreb.  Balade au jardin marocain de la Chapelle-des-Fougeretz

Jeudi 6 juin 2024 (et non 24 mai) avec l’association du jumelage Rennes-Sétif, balade. Une précédente visite fut le thème de l' Emission de  RCF Bretagne (Radio chrétienne de France, 96.3 FM) ;https://www.rcf.fr/economie-et-societe/balades-en-bretagne?episode=393222

20 mn sur ce jardin marocain (unique en France) et les plantes du Maghreb comme occasion d’« interculturel ».

 Un peu de fraicheur et de soleil, et du « dépaysement sans Carbone » à 20 minutes de Rennes. 

 

samedi 24 février 2024  à la Maison de la Culture de Bejaïa : hommage à Abdelhafid Idress, 

auteur du dictionnaire 

français-tamazight.

 

Avec la commune de Boukhlifa, berceau de la famille de Zineddine Zidane et l’assemblée de la wilaya de Bejaïa (Bougie, Bgayet). Une centaine de participants. Animé par Radia Touati

 

 

Exposé-diaporama « Quelques utilisations en France  du Dictionnaire  Français – TamaziƔt  d’Abdelhafid Idres dans les conférences-diaporamas de Luc Thiébaut »  ...et pour ce site !  

L’histoire de l’Algérie dans la BD, à Dijon

 

 

  •  29 novembre 2023,  L'Essentiel-le, (Maison d'Éducation Populaire des Grésilles)  Dijon  

  • 3 décembre MJC (Maison Pop) de 21- Chenôve 

Les Libéraux d’Algérie de 1947 à 1962

 

le 8 novembre 2023 à l' Université Ouverte de  Besançon,

 

 

Contre le colonialisme mais hésitants devant la violence de la lutte armée : le journal Espoir AlgérieMammeri, Keddache, 

Feraoun,  Mandouze, Camus, Pélégri, Amrouche, Gallice, la Vie Nouvelle, Chevallier, Chaulet, Mgr Duval, les chrétiens progressistes, les juifs libéraux d’Algérie, le scoutisme en 

Conférence élargissant l’article La Vie Nouvelle et l’Algérie en guerre,  dans Citoyens (revue de La Vie Nouvelle), n° 387, Novembre 2023

 

Quelques figures de ces Français d’Algérie qui se sont élevés contre les injustices coloniales sans pour autant rejoindre les moudjahidin. Européens ou juifs d’Algérie, ils ont milité avec Mouloud Mammeri, Mahfoud Keddache. Ils étaient amis de Mouloud Feraoun.   

Héritiers des « indigènophiles » du XIXème siècle, des « réformistes » de la première moitié du XXème siècle, les libéraux d’Algérie suivirent une évolution comparable à celle Ferhat Abbas et du « Manifeste Algérien ».  Ils ont partagé plusieurs combats avec les communistes algériens et certains « centralistes » du MTLD ; chrétiens  et juifs d’Algérie, ils étaient minoritaires dans leur « communautés »   Victimes de la répression coloniale et pour certains torturés par les paras puis cible de l’OAS qui en assassina plusieurs, c’étaient, comme l’écrit Mouloud Feraoun le 30 décembre 1961, ceux   “ veulent nous traiter d’égal à égal et qui sont prêt à accepter de vivre dans ce pays arabe, administré par des Arabes.”

« Décolonisation » oui ! mais l’indépendance, elle, fut plus longue à admettre. Quand la possibilité de cet « istiqlal » s’imposa à leurs compatriotes algériens, il fallait à la fois la soutenir et y assurer les droits de cette minorité non-musulmane à laquelle ils appartenaient. Plusieurs terminèrent leur vie dans cette Algérie indépendante pour laquelle ils avaient milité et qu’ils auraient espéré plus fraternelle par-dessus les catégories ethno-religieuses figées par la colonisation 

-----------------------------------------------------------

Indépendantistes algériennes et algériens dans les prisons de France, 1830-1962 

le 9 novembre 2023 à l'Université Ouverte de Besançon

 

Fauves du Maghreb, nature et cultures,

 22 septembre 2023 à Vallon-Pont-d’Arc ,

 

De grands carnivores parcourent le Maghreb Ils peuplent aussi les cultures de ces pays. Du lion au chacal, de la panthère au fennec, les fauves sont omniprésents dans les chansons, les toponymes, les proverbes, tant en arabe qu’en berbère, et dans l’histoire franco-maghrébine

Plan :  « fauves » ? acceptions, équivalents en arabe et amazigh

Les différentes espèces de féliformes et de caniformes du Maghreb, l’état des populations en 2022,

Les fauves dans les noms de lieux, de personnes, dans l’histoire du Maghreb et de ses relations avec la France, dans la peinture, la littérature, la BD,  le chant

conférence donnée au Muséum de Dijon le 5 décembre 2022,

Alphonse Daudet et l'Algérie

     Tartarin, Contes du lundi,  Lettres de mon moulin,  

 

23 septembre 2023 à Saint-Alban-Auriolles (Ardèche, avec le Musée Alphonse Daudet)

cliquez ici

« Sous la Troisième République, l’Algérie se résumait pour la plupart des Français aux clichés qui leur restaient de la lecture de Tartarin de Tarascon d’Alphonse Daudet, un des classiques de l’école primaire d’alors.” (De la littérature française, Denis Hollier). Aujourd’hui, les Lettres de mon Moulin et d’autres nouvelles nous en apprennent beaucoup plus, pour le meilleur et pour le pire, sur l’histoire rugueuse de nos deux pays, les soldats algériens de l’armée française, les migrants … et sur l’écologie, les sauterelles, les fauves,  …

 Diversité religieuse en Algérie 

le 10 janvier 2023 une trentaine de personnes ont échangé aux Amis de la bibliothèque diocésaine de  Rennes, sur la Diversité religieuse en Algérie : depuis plus de 2000 ans, des religions se sont succédé sur le territoire de l’Algérie. Ce pays est riche du patrimoine que ces religions ont laissé. Elles alimentent aussi un pluralisme fécond dans la société algérienne. Avant d’aborder la diversité de l’Islam, majoritaire mais composite, la conférence esquissera la longue histoire du judaïsme algérien, puis du christianisme qui est réapparu 8 siècles après son extinction. La mondialisation a largement modifié le paysage des cultes en Algérie et leurs relations, tant entre eux qu’avec le monde extérieur  

Plan de la conférence-diaporama :

Les religions apparues avant l’islam :  animisme, judaïsme et christianisme. Leurs pratiques aujourd’hui

La diversité de l’Islam algérien, dans ses quatorze siècles et aujourd’hui

La diversité religieuse face à la politique gouvernementale, à l’“opinion publique” et à la mondialisation.   

Les Harkis : un débat français

 

Après  la projection  du film « Les Harkis » de Philippe Faucon, 2022 au cinéma L’Arvor, le 25 octobre  un débat à permis à 35 personnes d’échanger sur ce beau film mais aussi sur leurs perceptions et expériences par rapport à cette catégorie de supplétifs de l’armée française abandonnés par la France en 1962. Témoignages émouvant d’une fille de harki, d’un petit-fils de commandant de l’Armée de Libération Nationale, anciens appelés ayant cotoyé des harkis en Algérie et dans les camps en France, travailleur social dans des “hameaux de forestage” où ont été confinés des harkis pendant des années … Autant de themes sur lesquels il faut découvrir et faire connaître ces pages douloureuses de l’histoire France – Algérie. 

 

 

Cueillette Bretagne-Maroc

Nous étions onze de Mosaïque Bretagne-Maroc ; onze ? non pas l’équipe de foot mais « l’accompagnement à la scolarité », en l’occurrence à l’« école buissonnière » ! Nous partons donc en balade ce mercredi , onze de 7 à 77 ans, une moyenne d’âge de onze ans !  Direction : Beauregard ; objectif : cueillir des fruits de l’automne et échanger nos savoirs. Les fruits ? nous en avons mangé sur place (arbouses, prunes, « gratte-culs ») ou ramené pour griller les châtaignes et faînes au local de l’association.  Nos savoirs ? parlons-en. Quand le savoir naturaliste du vieux atteint ses limites, l’habilité numérique des jeunes permet de consulter « Plantnet » sur le téléphone. Car ce ne sont pas seulement des fruits que nous traquons, mais toutes ces plantes qui peuplent notre quartier. Même le bouleau, des enfants, sur YouTube, avaient appris qu’on en tirait la sève, comme remède : nous reviendrons donc en février ! Et les fruits de l’ « arbre à fraises » ! juteux et sucrés, pas la peine de les faire venir de Chine en boites au sirop ! échanges de nos savoirs … en langues : celles du collège (l’espagnol, l’anglais), de la maison (l’arabe), du gallo (« sesnou » pour arbouse), de la « science » et du français, avec ses doublons : la « châtaigne » ramassée qui devient « marron » en cuisine. Et le gland, qu’on peut manger au Maroc mais pas ici (sauf à le faire bouillir). Et ces oiseaux, noirs comme des corbeaux ? sont-ils homonymes d’un grand auteur de théâtre du XVIIème siècle ou d’un chanteur rwandais du XXIème siècle ? le temps d’en discuter et les Corneilles se sont envolées ! Mais les arbres, eux, restent. En fin tant nous ne les respectons en ne les ensevelissant pas de déchets, de plastique et de Gaz Carbonique.

Fruits, légumes et traversées de la Méditerranée

 

Le 14  novembre 2022, une cinquantaine d'habitants du Pays de Brocéliande ont échangé (et dégusté !) sur des aliments, des plantes, des noms, des histoires d’une rive à l’autre.

« Abricot » ? de quelle langue nous vient ce nom ? De quel pays ces « figues de Barbarie » ? L’animation diaporama "Fruits et légumes de la Méditerranée" interroge chacun sur l’origine de nos fruits et de leurs noms, des détours et des croisières par lesquels sont passés nos légumes et leurs désignations. Toutes les rives de la Méditerranée (et de plus loin), toutes les cultures, toutes les langues aujourd’hui parlées chez nous, ont contribué à la richesse de nos plateaux de fruits, de nos étals de légumes, des mots par lesquels nous les désignons, des livres qui s’en inspirent. »
Minuscules graines de sénevé, ces historiettes peuvent aussi participer à pacifier des mémoires parfois conflictuelles des deux côtés de la Méditerranée

Mémoires françaises de tirailleurs marocains et algériens

 

Nombre de nos concitoyens sont issus de familles d’anciens Tirailleurs. Du Maghreb à nos villes, leurs pères ont pu passer par l’Indochine en guerre ou par l’Allemagne. Nous avons collecté de nombreux témoignages d’anciens Tirailleurs et de leurs enfants. L’histoire et le vécu de ces Chibanis sont mis en perspective avec cette « Armée d’Afrique » que composaient ces Tirailleurs, comme les Goumiers et d’autres soldats maghrébins de l’armée française.

Ecouter des mémoires différentes pour comprendre notre histoire commune

l'Exposition au centre Avicenne de Rennes et le débat (50 personnes,mars 2022) ont permis de recueillir de nouveaux témoignages sur ces Tirailleurs, marocains, algériens mais aussi comoriens

 

 Sur ce thème, regardez la conférence enregistrée 

Les œufs de Pâques et la culture berbère

 

La petite histoire des calendriers nous apprend que c’est un Berbère, Victor Ier, pape de 189 à 199, qui s’efforça de fixer à la célébration de Pâques une date commune à tous les chrétiens.

Mais bien avant,  l’œuf était au centre de la commémoration de la Pâque juive et de la célébration animiste du printemps.

Le mot hébreu Pessah (« le passage ») qui désigne la Pâque juive a donné pour les chrétiens « Pâques » en français et Fessah , فصح  en arabe.[i] . Le mot amazigh, Tafsut, « le printemps » est à rapprocher de l’arabe  Fessah, « Pâques » mais n’en est pas la simple berbérisation. Dans le monde berbère le printemps arrive avant Pâques. Mais comme  Pâques, il est fêté avec des œufs. En Kabylie, la « rencontre du printemps » (Amager n Tafsut) se fait autour d’un couscous avec des œufs cuits avec des racines d’aderyès (thapsia en français, bounafaa en arabe). Cette ombellifère toxique mais dépurative a donné son nom à l’ensemble de ce plat avec ses œufs, et même à cette fête. Ne peut-on la rapprocher des « herbes amères » du repas pascal juif ? Les chrétiens peuvent y voir la souffrance du Christ avant sa mort et la « coupe qu’il dû boire jusqu’à la lie ». Mais de cette amertume jaillit la résurrection et, de l’œuf, la promesse de vie ! joyeux printemps à tous !

 

[i][i] A ne pas confondre, mais si proche phonétiquement, de    فسح      « allonger le pas » mais aussi ‘ouvrir le passage »

 

Le Maghreb  au centre  du  vendredi saint

 

Dans nos églises, sur leur chemin ce croix, la station V voisine de quelques mètres la station VI. Sur la côte nord-africaine, Benghazi n’est qu’à dix kilomètres de Cyrène.

Simon de Cyrène, évoqué le vendredi saint est le seul personnage du Maghreb cité dans les Evangiles même si la tradition orthodoxe attribue aussi à Saint Marc une origine cyrénaïque donc, aujourd’hui, libyenne.

Je viens de m’apercevoir que, sur ce même chemin de croix, la voisine immédiate de Simon, a à voir avec cette même petite région de l’actuel Maghreb. Elle n’est pas nommée dans les Evangiles mais une tradition ultérieure inventera une femme qui essuie le visage de Jésus et qui s’appellera en grec (plus exactement en macédonien) Bérénice (« Βερενίκη » Berenikê, « qui porte la victoire »,= Phéré en grec), latinisé  en « Véronique ».

Or la ville de Benghazi  s’appelait Bérénice au III° avant JC, pour avoir été  reconstruite par la reine Bérénice  épouse de Ptolémée  III. Aujourd’hui, d’après Wikipédia (à vérifier), Benghazi se dit Bernîk en berbère.

Pour mieux faire briller cet étalement de ma culture, le mot « vernis » de l'italien vernice, est  dérivé de la ville de Bérénice (actuellement Benghazi) d'où aurait été issu dans l'antiquité un ingrédient de ce produit (la soude ? l’ambre ? une résine ?). Une étymologie populaire fait dériver « Véronique » de « vera » « icône », la vraie image (du Christ, imprimée sur le linge de véronique ; Certains chemins de croix sont représentés par des icones … vernissées que l’on peut parcourir … en boucle !

Bonne semaine pascale à tous, bon confinement sur les deux rives de la Méditerranée; , Luc

La langue française, une occasion de rencontres :

 

 

de Paris à l’Algérie, de la Guyane à la Bretagne, de l’enseignement à la terminologie, … :. témoignage de Luc Thiébaut interrogé sur Zoom par les lycéens  italiens du Lycée de Rapallo à Genova (Gêne), le17 mars 2021

L’histoire franco-maghrébine au coin de nos rues

 

Beaucoup de rues portent le nom d’acteurs de la colonisation. Le débat fait rage entre partisans de les débaptiser, de ne pas remuer la vase au risque d’en faire des victimes emblématiques, d’adjoindre des plaques explicatives, de donner à plus de rues (et d’équipements publics voisins) le nom de militants de la décolonisation, …. Dans un premier temps il est utile de connaître leurs histoires, celle des personnages mais aussi celle du « baptême » de ces rues. C’est ce que nous faisons pour Dijon, Rennes, … et cela pour que chacun puisse se situer dans le débat mémoriel

 Fadhma Amrouche

Dans le cadre du festival Babel danse, chemins berbères,  et de l’exposition de Brahim Saïs « autour de la famille de Fadhma Amrouche » du 26 au 29 février 2020

 

Luc Thiébaut a évoqué « Fadhma Amrouche, ses enfants (Taos et Jean) et la diversité culturelle de Algérie » le27 février 2020 à Saint Brieuc, MJC du Plateau

Au coin de nos rues …mots arabes sur les trottoirs de Rennes

 

 15 décembre 2019, un diaporama-jeu   animé par Luc Thiébaut  dans le cadre des portes ouvertes au Centre Culturel Avicenne à Rennes 

 Diversité du patrimoine religieux en Algérie 

églises, synagogues, mosquées, cimetières, …  

 

2019 à Saint-Brieuc ; 28 janvier 2019 a la bibliothèque diocésaine de Rennes le , à celle de Dijon le 4 décembre et à la MJC des Grésilles le 2 décembre 2019

 

 « La diversité religieuse de l’Algérie à travers son patrimoine architectural d’aujourd’hui :

L’Algérie est riche de sa diversité religieuse. Si la plus ancienne religion de l’Algérie, le judaïsme, ne subsiste plus qu’à travers des synagogues abandonnées, les différents courants de l’Islam ont inspiré des mosquées très diverses et constitué l’histoire de l’Algérie. Quant aux églises, ce ne sont pas les mêmes traditions qui les ont construites et qui se développent aujourd’hui. Beaucoup d’Algériens sont attachés à cette diversité, qu’ils soient nostalgiques des coexistences passées, inquiets du développement de nouveaux courants ou en recherche personnelle et attachés à la liberté de penser. 

Au coin de nos rues ……

 mots arabes et berbères,

mémoires franco-maghrébines 
« Dimanche à Rennes » 23 juin 2019

MIR 7 quai Chateaubriand

 Balade au Centre de Rennes puis diaporama/débat : l'Histoire France Maghreb ...dans nos rues : 

puis mandole (Brahim) et  bendir (Nabil)

 

 

 

 

la Balade au centre  ville a rassemblé 60 personnes  "à la découverte de mots d'origine arabe et berbère  au fil des rues de Rennes"

 

Le 12 juin 2019, quarante participants du « bistrot mémoire » rennais sont venus visiter le jardin marocain. Après une présentation par Aberrazak Zahout, architecte qui a conçu ce jardin au début du XXIème siècle, Luc Thiébaut a pu, malgré la pluie mais grâce à la bonne volonté des participants, présenter les arbres du Maghreb dans leurs relation avec notre alimentation, notre histoire et la langue française. Le groupe formant une communauté amicale envers les personnes qui ont perdu de leur capacité de perception, nous avons pu profiter des odeurs de ces arbres et arbustes : santoline, eucalyptus, cèdre, chalef, rosiers,…  

 

La voilà la Blanche Hermine ! vive le patrimoine naturel algérien !

 

Mourad Harzallah a relevé la présence, inconnue jusque-là, de l’hermine en Algérie (Biban et Djurdjura).

 

Un symbole pour ceux qui sont attachés à ce pays … ....et à la Bretagne !

 

un "fauve" plus modeste que celui de notre conférence d'avril !

 

Le site Histoires ordinaires nous consacre un portrait  à l’occasion de l’ animation Diversité des langues écrites dans les rues de Villejean, du 26 septembre 2018

 

 https://www.histoiresordinaires.fr/villejean/Balade-avec-Luc-Thiebaut-d-une-rive-a-l-autre-de-la-Mediterranee_a6.html

 

 

Gitans  d’Afrique  du Nord

 

Luc Thiébaut  a présenté sa recherche sur  les Gitans d’Afrique du nord  à l’INALCO (Langues’O’) le 16 mars 2018 devant des chercheurs en langue Rromani et le professeur Marcel Courhiade.

En décembre 2017, devant les portraits, en collage, par Mustafa Boutadjine de plusieurs célébrités qui font le lien entre le monde Tzigane et le Maghreb, une version antérieure avait été exposée à Dijon dans une soirée organisée par le MRAP :  recherches en cours sur la présence et la perception, en Afrique du nord, des cultures gitanes (Domari, Naouar, …) et des personnes et groupes considérés comme tels par les habitants (Beni Addes, Amer, Hadjeres, …). Tout témoignage sera bienvenu, dans le but de mieux connaître et de valoriser la diversité culturelle de nos pays. 

Tziganes et arabes dans le figure de l’ «Autre » ; les fondements algériens du concept de "nomades " dans la législation française ; Gitans d’ Egypte dans l’imaginaire européen et dans le cinéma égyptien ; El Andalous et les gitans;  les gitans du Maghreb sous la colonisation et dans la littérature  française ; les groupes sociaux perçues comme  gitans dans l’ Algérie d’ aujourd’hui  

 

Projection du film « A chacun son Algérie »

« A chacun son Algérie » film de Caroline Philibert et Luc Thiébaut, produit par la Maison de la Méditerranée

le 14 février 2014,  70 personnes ont vu ce film et en on débattu. a été évoquée la mémoire des témoins qui nous ont, depuis quitté : Amor Belfodil, Ginette Garrigue,  Guillaume Mordoj, René Justrabo.

sur ce dernier, plusieurs personnes, anciens de Sidi Bel Abbès (pied-noir et Algériens) ont salué la mémoire de leur ancien maire,

Le témoignage d’ Ahmed sur le 14 juillet 1953 a intéressé d’autant qu’il était filmé en 2012 avant la sortie du film sur cet évènement que nous allons projeté à Rennes

on a aussi parlé de l’affaire Audin (qui a une rue à Rennes)

plusieurs personnes ont demandé une autre projection, dans leur commune

La veille, le film et ses intentions avaient fait l'objet de l'interview sur la radio c-lab https://www.c-lab.fr/emission/inattendue/inattendue-atelier-mash-up-bulles-tordre-a-chacun-son-algerie.html:

 

Plusieurs militants de l’indépendance algérienne sont passés par les prisons de Rennes.

Ils et surtout elles ont été peintes par le peintre Mustapha Boutadjine  dans l’exposition  “portraits en résistance” qui s'est tenu à Dijon en décembre 2017. Elles figurent dans sa série "Femmes d'Alger dans  ..."  Luc Thiébaut a animé le débat sur leurs itinéraires 

Le patrimoine algérien d’origine européenne

 

Conférence-diaporama

en avril 2018 avec "Les Amis de l'Algérie" de  Rennes 

en avril 2017,avec  l'Université du Temps Libre 

 

 

le 22 mars 2017 a eu lieu une rencontre autour de Fadhma Aït Mansour Amrouche, auteur de Histoire de ma vie et mère de Jean & Taos Amrouche; organisée par les Amis de l'Algérie, à l’ espace Ouest France, à Rennes, avec visioconférence depuis Bejaïa de Kamel Medjdoub, et depuis Ighil-Ali, de Mustafa   Amrouche et avec le maire de Baillé, Ille-et-Vilaine , où est inhumée Fadhma Amrouche.

 

          La Maison de la Méditerranée

 

 

La Maison de la Méditerranée est une association qui contribue à valoriser la part de l’«autre rive» que chacun détient de par ses lectures, ses voyages, son histoire familiale, ses références et par les immigrations qui ont formé notre société.

 

 

 

 

 La Maison de la Méditerranée, créée à Dijon en 1996, à Rennes en 2016, développe des animations en Bretagne et Pays de la Loire. Patrimoines communs à la France et au Maghreb.

 

Nos coordonnées

Maison de la Méditerranée Rennes

 

contact@maisondelamediterraneerennes.com

 

 

 

Vous pouvez également utiliser notre formulaire de contact.

Organisation d'événements

.